3e pilier bancaire en Suisse : est-ce avantageux de souscrire ?

Pour la souscription de votre 3e pilier 3a, vous aurez le choix entre un assureur et une banque. Quelle que soit l’option que vous prenez, vous profiterez toujours des avantages fiscaux s’attachant à ce complément de retraite. Vous devrez, par ailleurs, vous soumettre aux mêmes règles. Les conditions de votre contrat ne seront cependant pas les mêmes entre ces deux établissements. Ici, nous allons vous faire savoir s’il est idéal ou non d’opter pour une banque.

Présentation du 3e pilier bancaire 

Dans la Confédération helvétique, le nombre des banques permettant de souscrire un 3e pilier lié ne cesse d’augmenter. Si vous en choisissez une pour votre souscription, vous n’aurez qu’à ouvrir un compte de prévoyance rémunéré, dont le fonctionnement est le même que celui du compte épargne. Vous aurez le choix entre divers types de placements. Les banques vous suggèrent souvent des solutions classiques, mais qui sont assorties de taux d’intérêt plus réduits. Celles-ci vous permettront d’éviter une perte, mais vous ne pourrez pas espérer un meilleur rendement avec. 

Si c’est le rendement qui vous intéresse le plus donc, mieux vaut opter pour un investissement sur les marchés financiers. Cela vous expose tout de même à un risque plus élevé de perte, ces derniers étant étroitement influencés par les fluctuations boursières et les conjonctures économiques. Votre choix entre ces deux solutions dépendra donc de votre profil d’investisseur et de votre goût du risque.

Les plus du 3e pilier bancaire

S’il ne faut citer qu’un seul avantage pour la souscription d’un 3e pilier dans une banque, il est difficile de ne pas faire mention de la flexibilité de la gestion. En effet, il y a une grande liberté quant à la détermination du montant des cotisations, en veillant tout de même à ne pas dépasser les limites fiscales en vigueur. Par ailleurs, si vous n’avez pas assez de moyens pour approvisionner votre compte, sachez que l’arrêt des versements est possible.

Comme vous pourrez le savoir en venant sur mon-3emepilier.ch, vous avez également une grande liberté dans la détermination du rythme des versements. Ce dernier peut ainsi se faire annuellement, semestriellement, trimestriellement, mensuellement, etc. Il vous appartient de déterminer le rythme qui vous convient.

Même si la souscription du 3e pilier est surtout liée à un besoin d’avoir de quoi mieux vivre sa retraite, il se peut qu’on ait besoin de réaliser un retrait d’une manière anticipée. Cela ne constitue pas un problème chez une banque qui donne, bien avant l’échéance, la possibilité de procéder à la récupération du montant investi avec les intérêts ou les rendements de placement. Dans un tel établissement par ailleurs, les frais d’un retrait anticipé sont généralement plus réduits.

Les moins d’un 3e pilier bancaire

Comme vous pouvez le voir donc, le 3e pilier bancaire est une solution avantageuse, mais il ne manque également pas de côtés négatifs. C’est le cas notamment :

  • De l’inexistence de prise en charge en cas d’incapacité de gain lié à un accident, une maladie ou une invalidité
  • De la variation du taux d’intérêt selon les conjonctures économiques en cas de choix d’une solution liée aux marchés financiers
  • De l’entrée systématique du capital constitué dans la masse successorale. Cela implique soumission à la masse successorale.
  • De la saisie du capital si vous venez à faire faillite
  • De l’impossibilité de mise en gagne sauf en cas d’acquisition d’un immobilier devant servir comme résidence principale
  • De la limite assez réduite de la garantie de remboursement s’il y a survenance d’une crise ou d’une faillite de l’établissement bancaire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*